Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 00:00
Du 6 au 8 novembre 2009, avait lieu le premier Festival de la Broderie de Compiègne co-organisé par La boutique Au Chat qui dort et le Lion's club de Compiègne dans le but de récolter des fonds pour la création d'un centre de jour pour malades atteints d'Alzheimer sur l'agglomération de Compiègne.

Nous étions donc près de 70 exposants à avoir répondu positivement à cette initiative dont les principales créatrices de broderie (plus de 50 d'entre elles, point compté essentiellement) ainsi que des associations de brodeuses et quelques boutiques spécialisées dont je fais partie.

L'organisation menée de main de maître par Christine Vatin-Hay et touye son équipe de bénévoles était tout simplement excellente, rien à redire. Nous avions toute un stand en angle, des allées aérées où les clients avaient plaisir à déambuler, un environnement convivial propice aux rencontres et à l'échange.

Ayant une fois de plus essayé de recréer l'ambiance de la boutique dans cette ancienne patinoire, j'y ai tellement réussi... que je n'avais point de porte de sortie, hormis à passer sous les tables et entre les jambes des clients...donc peu de promenade à mon actif, sauf le dimanche matin avant l'ouverture, pour aller dire bonjour aux clientes et amies.
DSCN7699DSCN7698DSCN7702DSCN7701DSCN7700
Rendez-vous est donc pris pour la prochaine édition en novembre 2011 si toutefois, il me reste encore quelques trésors de mercerie ancienne à vendre...
Repost 0
1 février 2010 1 01 /02 /février /2010 17:25
La boutique ayant fermé ses portes mi septembre, l'automne marque en général pour moi la reprise des salons. Mi octobre, je me suis donc rendue comme exposante au vingtième couvige internationale de dentelle aux fuseaux de Blavozy (commune située près du Puy-en-Velay). Après 700 kilomètres, j'ai pu monter mon stand tout en essayant de rendre un peu de l'atmosphère de la boutique. En témoignent ces quelques photos.
DSCN6869 redimensionnerDSCN6870 redimensionnerDSCN6873 redimensionner
L'occasion pour moi de rencontrer de nombreuses clientes d'Auvergne, du Limousin voisin et même de Nîmes venues tout spécialement me voir. Qu'elles en soient toutes ici remerciées. Hélàs, point de photos des autres exposants et pourtant il y avait là la fine fleur de la dentelle tant française qu'européenne, à la fois par manque de temps (étant seule à mon stand) et surtout par souci technique, ma batterie d'appareil photo me jouant parfois des tours.

Après une nuit de sommeil bien mérité passée dans une agréable chambre d'hôtes qui offrait, depuis ma chambre, cette superbe vue, et avant de repartir en Bretagne, je me suis offerte une matinée de tourisme à la découverte de la vieille ville vellave (la partie basse et ausi la ville haute avec ces nombreuses églises).
DSCN6875 redimensionner

Tout d'abord, une visite à Aiguilhe (c'est vrai çà ne s'invente pas un nom pareil au pays de la dentelle) et sa chapelle du 15ème siècle perchée sur son piton rocheux...DSCN6886 redimensionnerdepuis lequel une vue panoramique sur l'agglomération du Puy-en-Velay s'offre au regard du grimpeur méritant
DSCN6890 redimensionner
DSCN6893 redimensionnerLa chapelle en elle-même est un petit bijou (les photos sont hélàs interdites à l'intérieur pour cause de présence de fresques anciennes sur les murs) mais l'extérieur (on voit ici le fronton de l'entrée) est remarquable... alors je vous laisse imaginer le reste...
DSCN6892 redimensionnerétonnantes ces sirènes pour orner le fronton de cette chapelle située sur le chemin de Compostelle
DSCN6894 redimensionneret cette gargouilleDSCN6895 redimensionnerLa ville basse du Puy regorge elle aussi de trésors architecturaux, notamment d'églises
DSCN6876 redimensionnerDSCN6877 redimensionner
et puis vient l'ascension, par une autre voie, de la colline en direction de la cathédrale
DSCN6884 redimensionneron sent déjà l'influence méditerranéenne avec les toits de tuiles, les façades colorées, le ciel azuréen


DSCN6897 redimensionnerDSCN6898 redimensionner
colline en haut de laquelle trône cette massive cathédrale en pierre de lave dans le plus pur style roman.
DSCN6899 redimensionnerDans la ville basse, de superbes devantures de boutiques, témoins d'une intense et prospère activité commerciale s'offrent au regard du visiteurDSCN6878 redimensionner
DSCN6880 redimensionneret pour finir cette visite de la cité de la dentelle aux fuseaux, une étonnante boutique d'habillement aux magnifiques boiseries et dont les vitrines sont occultées par de superbes de toiles de pur fil de lin où s'inscrit en médaillon central le nom du commerce.
DSCN6883 redimensionnerDSCN6881 redimensionner
DSCN6882 redimensionner

Repost 0
1 février 2010 1 01 /02 /février /2010 00:32
Mon périple automnal en Finistère s'est achevé par la visite du Jardin Exotique de Roscoff situé en bord de mer, tout près du port de la Brittany Ferries. Un régal pour les yeux et les sens car ce lieu magique, association loi 1901, créé à l'initiative d'un hôtelier roscovite en 1987 abrite une des plus importantes collections de protéas, de callistemons, banksia, Kniphofia, Melianthus dont plusieurs collections nationales inscrites au CCVS. La liste serait trop longue à énumérer, le mieux, si vous ne pouvez vous y rendre, est de se reporter au site www.jardinexotiqueroscoff.com. Je vous propose donc une approche forcément partielle au travers de quelques photos.

Le site du jardin, juste en bord de mer, a l'avantage de subir les influences bénéfiques du Gulf-Stream qui baigne les côtes nord de la Bretagne et d'offrir des températures clémentes afin que s'épanouissent Agaves et autres succulentes.
DSCN6564 redimensionner

DSCN6572 redimensionner
DSCN6573 redimensionnerDSCN6602 redimensionner
Mais ce jardin de plus d'un hectare est aussi un vrai bonheur pour l'odorat car se mêlent le parfum prononcé des eucalytus à celui plus sucré et subtil des protéas qui sont d'ailleurs objets de convoitise par les guêpes, abeilles et frelons venus se délecter de leur miellat.
DSCN6569 redimensionner
DSCN6594 redimensionnerDSCN6593 redimensionnerDSCN6592 redimensionner
Les protéas que nous ne connaissons habituellement guère que chez les fleuristes présentent une variété de coloris tous plus agréables à l'oeil les uns que les autres.DSCN6574 redimensionnerDSCN6575 redimensionner
et le spectacle continue, pour notre plus grand émerveillement....
DSCN6580 redimensionner
DSCN6579 redimensionnerDSCN6578 redimensionner
et encore, et encore avec ici Protea Nerifolia découverte en Afrique du Sud il y a plusieurs siècles :DSCN6588 redimensionnerDSCN6589 redimensionner
La présence du granit, notamment sur une masse rocheuse de près d'une vingtaine de mètres de haut, n'a pas l'air de décourager les plus audacieuses, car même si les lieux sont parfois imprégnés des embruns, elles semblent profiter du moindre interstice pour s'y loger et y pousser avec force vigueur et ténacité...un peu comme les Bretons !!!

Témoin cette belle cactée aux feuilles bordées de rouge et au coeur de fleurs bleues...

DSCN6570 redimensionner
DSCN6565 redimensionnerDSCN6566 redimensionner
ou cette autreDSCN6567 redimensionner
et cette éricacée poussant à plus de dix mètres du sol, dans une fissure granitiqueDSCN6571 redimensionner
Ou ce plumbago audacieux dont le bleu subtil se marie avec harmonie au gris de la rocheDSCN6576 redimensionnerDSCN6577 redimensionner
Le jardin est également constitué d'un petit vallon ombragé et humide où prospèrent de somptueuses fougères arborescentes et autres dicksonias.
DSCN6598 redimensionnerDSCN6599 redimensionner
Et pour terminer en beauté, comme pour un feu d'artifice, le bouquet final sera un florilège de couleurs, à savourer sans modération...DSCN6562 redimensionnerDSCN6581 redimensionnerDSCN6601 redimensionnerDSCN6600 redimensionner

Mais quitter Roscoff sans évoquer les Johnnies serait réducteur...d'où ce clin d'oeil offert par la municipalité au regard des visiteurs à l'occasion des journées du patrimoine avec la façade de la mairie parée d'oignons.
DSCN6603 redimensionner
Partout en Bretagne, la zone côtière a une terre très fertile propice à la culture des primeurs et des légumes (choux-fleur, pommes de terre nouvelles, artichauts, carottes, oignons). Le Léon (région de Roscoff et St Pol de Léon) n'y échappe pas. Dès le milieu du 19ème siècle, les producteurs d'oignons léonards allaient vendre leur production dans toutes les villes de la côte sud anglaise. Ce trafic transmanche, souvent à bord de bateaux de pêche, disparaîtra après la 2ème guerre mondiale. Au début des années soixante-dix, Alexis Gourvennec, producteur de légumes léonard et leader agricole très actif, repris l'idée d'affrêter des bateaux pour le transport transmanche des produits agricoles finistériens et fut à l'origine de la création de la compagnie maritime Brittany Ferries.

Ken avo....
Repost 0
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 01:36
Après le gris du granit des calvaires et autres chapelles, le Musée de la Fraise révèlait les couleurs chattoyantes de ce petit fruit qui a fait la renommée et la richesse de ce bout de terre bretonne mais surtout offrait aux yeux du visiteur d'un jour que j'étais alors, la richesse et la splendeur des costumes de cette contrée du Finistère.

Sur la Fraise, point de photos, le mieux, si vous ne pouvez aller, comme moi, au bout de la terre, c'est de rendre visite au site du musée http://musee-fraise.net

Avant la culture de cette rosacée, La péninsule de Plougastel-Daoulas vivait essentiellement de la culture du lin ainsi qu'en témoignent les nombreux outils liés au cardage, au peignage des fibres, au filage de cette noble matière.

DSCN6525 redimensionner

DSCN6527 redimensionner
DSCN6528 redimensionner
Ensuite étaient présentées quelques coiffes, toutes plus belles les unes que les autres, révèlant l'extrême finesse de leur broderie et ainsi l'expertise des mains les ayant réalisées. Malheureusement les coiffes et les ciostumes étant sous vitrine, le rendu des photos n'est pas toujours optimum.
DSCN6529 redimensionner


DSCN6530 redimensionner
DSCN6548 redimensionner
Venaient ensuite les tenues de baptême des bébés
DSCN6540 redimensionnerDSCN6541 redimensionner
DSCN6534 redimensionner

Venaient ensuite les costumes de fillettes, jeune femme puis femme mariée de différentes époquesDSCN6544 redimensionnerDSCN6539 redimensionnerDSCN6542 redimensionnerDSCN6546 redimensionner
DSCN6549 redimensionnerDSCN6538 redimensionner
ainsi que quelques costumes d'hommes en tenue d'apparat
DSCN6535 redimensionner
DSCN6550 redimensionneret toute une famille réunie pour le rituel de l'arbre à pommes spécifique à cette contrée
DSCN6543 redimensionner
Sur cette touche familiale, je vous souhaite de doux rêves.. et à demain pour la suite de la virée finistérienne...Noz eus vad!!!...(Bonne nuit en Français)

Repost 0
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 00:44
Mon voyage au bout de la terre entrepris fin septembre ne pouvait se faire sans aller jeter un oeil à la campagne aux alentours de Brest, en l'occurrence près de Plougastel Daoulas, là où la mer et la terre sont fortement imbriquées
DSCN6553 redimensionner
C'est là, sous un soleil de plomb et un ciel résolument azuréen qui contrastaient avec le gris de la veille, que je découvrais plusieurs chaplles et calvaires dont la plupart datent des 14ème et 15 ème siècles, tous bâtis ou taillés dans le granit breton.DSCN6554 redimensionnerDSCN6552 redimensionnerDSCN6555 redimensionnerDSCN6551 redimensionnerDSCN6557 redimensionnerDSCN6556 redimensionner


et plus ancien encore ce menhir en granit avec sa touffe d'ajoncs sur la lande bretonne.

DSCN6559 redimensionner
Mais la vraie raison de ma visite à Plougastel-Daoulas était la visite au Musée de la Fraise et du Patrimoine....
Repost 0
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 22:40
Non ce n'est pas le titre du dernier roman paru mais celui de ma première visite à Brest d'une part pour aller à la découverte de la ville mais surtout pour aller à la rencontre de David Le Gac brodeur professionnel hors-pair dans son atelier situé près du port de pêche au 5 rue Amiral Nielly.

Il est bien difficile de devoir résumer une ville après y avoir seulement passé quelques heures, l'approche n'en est que superficielle. Ce ne sont donc que mes impressions personnelles que je vous propose ici.

Une ville fidèle à sa réputation, une architecture sans intérêt due à la reconstruction d'après-guerre réalisée au plus vite et sans préoccupations esthétiques, suite à la destruction quasi-totale de la ville. Le jour où je suis allée, fin septembre, le temps était couvert (même si le lendemain le soleil était au rendez-vous).  DSCN6496 redimensionner

Une ville marquée par la présence de la Marine Nationale, DSCN6516 redimensionner

La préfecture maritimeDSCN6515 redimensionnerDSCN6522 redimensionner
ses grues de levageDSCN6494 redimensionnerDSCN6518 redimensionner
son chateau :DSCN6523 redimensionner
Son pont de Recouvrance

DSCN6524 redimensionner
DSCN6493 redimensionner









































Mais ce qui a participé de mon émerveillement ce sont les nombreux parcs botaniques de la ville (malheureusement le Conservation National de Botanique était fermé ce jour-là), dont certains ont plus de 200 ans et dont les collections de plantes exotiques remontent aux premiers découvreurs.





A ce titre, le Jardin des Explorateurs est un régal pour les yeux. Un agencement résolument contemporain avec des escaliers en bois brut, des rampes métalliques, l'usage massif des anciennes traverses de chemin de fer, du sable, des gravillons

DSCN6519 redimensionner
DSCN6498 redimensionner


































Entre ces formes géométriques s'épanouissent les fougères arborescentes comme ces Dicksonia

DSCN6499 redimensionner

DSCN6521 redimensionner






où éclatent les couleurs des agapanthes qui se plaisent souvent sur les bords de mer bretons



DSCN6507 redimensionner

DSCN6506 redimensionner










































où contrastent le graphisme des phormium à celui des graines de calistemon
DSCN6504 redimensionner

DSCN6503 redimensionner





































où s'opposent le rose soutenu de cette anémone du Japon
DSCN6502 redimensionner au jaune et gris de cette belle inconnueDSCN6505 redimensionner


































Ce jeu de couleurs naturelles nous mènent directement à l'artiste créateur qu'est David Le Gac qui sait jouer subtilement avec les couleurs, les techniques de broderie bretonnes, en particulier Glazik et bigoudenne mais qui a bien d'autres cordes à son arc puisqu'il manie savamment le Point de Beauvais, excelle dans l'art de la broderie blanche et bien d'autres choses, le tout avec humilité et l'envie de faire partager sa passion en toute simplicité, dans la bonne humeur.

 DSCN6478 redimensionner


David devant son atelier au 5 rue Amiral Nielly au port de pêche

DSCN6488 redimensionner redimensionner


















Dans l'atelier trône un buffet Louis-Philippe à deux corps typique de beaucoup de maisons bretonnes sur lequel sont disposés quelques bonnets perlés et où s'expose un beau gilet d'homme
DSCN6479 redimensionner
DSCN6483 redimensionner





































dont on peut admirer ici la complexité de la broderie
DSCN6484 redimensionner
DSCN6485 redimensionner































David s'inspire parfois de ces somptueux exemples de broderie populaire...voire de matières comme certaines de ces bobines de fils métalliques colorés

DSCN6480 redimensionner

DSCN6481 redimensionner






























Mais ses créations personnelles sont le reflet d'un esprit curieux qui a soif de découvertes, qui puise son inspiration en toute chose  : elles transcrivent avec force dextérité, minutie et détail l'art de la
broderie dans son excellence.
 DSCN6487 redimensionnerDSCN6486 redimensionner


































Mais il est bien difficile et réducteur de rendre compte du talent d'un artiste à l'aide de quelques photos sur un blog. Le mieux est d'aller à sa rencontre. Depuis septembre dernier David s'est associé à une couturière Gwen Suanez et tous deux travaillent ensemble en proposant toute l'année des cours de broderie bretonne, broderie blanche, couture voire parfois broderie et couture associées. Comme tous deux sont créateurs, ils peuvent aussi réaliser la robe de mariée de vos rêves qu'elle soit d'inspiration bretonne ou résolument contemporaine comme celle que j'ai pu entrevoir lors de ma visite en crêpe de soie crème et voile de soie gris perle brodé de motifs très aériens en fil d'argent.
DSCN6489 redimensionner
Les stages sont destinés aussi bien au grand public qui vient suivre les cours au 5 rue Amiral Nielly juste derrière le port de pêche. david se déplace également à Roscoff où il anime un autre atelier régulier. Mais ce peut être de la formation professionnelle, des ateliers dans le cadre de comités d'entreprise. Le mieux est de contacter David
davidlegac@hotmail.com




Repost 0
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 23:46
Voilà, je me suis trouvée un peu de temps libre pour essayer de bien commencer l'année et rattraper mon retard quant à l'alimention du blog. Je sais, je n'ai que six mois de retard... mais pour quelqu'un qui baigne dans les vieilleries de plus de cent ans d'âge, six mois ce n'est rien!!!!

Quelques clichés de ma vitrine estivale...

Tout est parti de ces deux grosses bobines factices en carton et bois des années 1930 sans doute destinées à l'origine à
assurer la promotion d'un fabricant de fil bien connu. Elles mesurent 35 cm de haut. Ells devaient constituer le point focal de la vitrine. Restait à les mettre en valeur dans un environnement de bleu et de blanc.
DSCN6237 redimensionner

Il leur fallait un compagnon... pour faire un clin d'oeil aux enfants dans la rue. Le nounours réalisé par Cathy et offert pour les 10 ans de la boutique : sa place était toute trouvée, il allait veiller sur elles.

DSCN6232 redimensionner

Me voilà donc en quête d'objets de mercerie... donc ruée vers les tiroirs de la boutique
DSCN6234 redimensionner
DSCN6236 redimensionner

Une fois le centre de la mise en scène réalisé, il fallait habiller les côtés des fenêtres.
Côté cour, une chaise pliante en bois peinte en bleu (il faut dire que je ne les ai jamais repeintes, je les avais achetées dans une succession et il y en avait une bleue et une blanche, elles sont restées telles quelles et servent au gré des décors) descendue du jardin. Sur laquelle j'ai empàilé une jolie série d'assiettes en faïence de Niderviller avec un couple dansant de bretons, des anciennes serviettes de toilette en damassé Art Nouveau. Le tout surmonté d'un très beau rideau de château de 3,50 mètre par 1,80 mètre en mousseline de côton brodée main...voilà pour le coté romantique

DSCN6226 redimensionnerDSCN6231 redimensionner

Et deux superbes bouchons de parfums en verre bleu marqués Bulgari en guise de presse-serviettesDSCN6227 redimensionner.
DSCN6226 redimensionner





















Sur le plateau de la fenêtre, il a fallu aller à la cuisine chercher une série de pichets en faïence dans lesquels je range qui le rouleau d'aluminium, qui les sacs congélateurs, qui le film alimentaire et les disposer bien en vue...à tel point que beaucoup de clients potentiels voulaient en faire l'acquisition, tout comme les chaises.
Parmi les pichets, j'avais judicieusement disposé des cartes à boutons Bleu lin et Rouge griotte et des cartes postales crées maison dans ces mêmes tons de bleu et blanc.DSCN6230 redimensionner
Le "Côté jardin" était orné du superbe tissu 18ème siècle imprimé façon Jouy dans des tons de gris et bleu, avec une chaise de jardin blanche sur laquelle étaity posé en évidence le superbe article de plusieurs pages consacré à ma boutique dans la revue Point de croix magazine de Juillet et quelques clins d'oeil à la saison estivale comme cet ancien numéro du Petit Echo de la Mode (autrefois imprimé en Côtes d'Armor à Chatelaudren à l'ouest de St Brieuc), une grosse bobine de filature, des torchons en lin à carreaux bleu et blanc, de grosses boîtes à chapeaux...
DSCN6228 redimensionnerDSCN6239 redimensionner



























DSCN6238 redimensionnerDSCN6235 redimensionner



























Vous n'avez pas encore eu assez de bleu... allez un dernier pour la route...
Ma maison avec ses paniers suspendus de fleurs au début de l'été... en fin de saison, les capucines font 2 m de haut.

DSCN6241 redimensionner

A bientôt pour la suite....

Repost 0
17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 00:18
D'esprit aventureux et prenant facilement le risque de faire un salon surtout quand il s'agit de premières, je me suis décidée à franchir les Alpes pour aller tenter ma chance à un salon de dentelle à Parme. Il faut dire que je parle couramment italien (l'Italie est ma deuxième passion après les fleurs), ce qui facilite les choses.
Donc, une fois chargé le véhicule, me voilà sur les routes...de l'autre côté des montagnes enneigées

 










pour 1400 km d'affilée... en 14 h (arrêts compris car l'autoroute c'est plutôt ennuyeux donc il faut faire des pauses toutes les 2 heures).











Arrivée à Parme en soirée... puis recherche de l'hôtel... pas facile quand on n'a pas pris la bonne sortie d'autoroute et que la fatigue aidant, les nerfs commencent à lâcher. Mais finalement, le palace est en vue (tarifs exposants négociés par les organisateurs)...une bonne nuit de sommeil... et le lendemain en fin de matinée, direction le parc des expositions de Parme.


Mais là, ô surprise, je me rends compte que mon stand ne correspond qu'à un espace au sol (en 2005, il m'était arrivée la même mésaventure à un salon de patchwork à Great Malvern en Angleterre où j'étais allée trouver l'organisatrice en lui demandant quand est-ce que les ouvriers allaient finir de monter les cloisons, regard incrédule et surpris de  la dame qui m'avait appris qu'en GB on ne loue que l'espace au sol).

A Parme, comme je n'ai pas amené de table, j'avais quand même demandé à en louer une mais elle est toute petite... donc me voilà en quête d'un loueur de mobilier forain et de tables supplémentaires plus une fourgonnette à décharger : il est midi et il fait déjà 35 degrés. Le stand dôit être monté pour 17 h. Dur dur, car la fatigue de la route associée à celle des semaines précédentes, plus la chaleur ambiante. Mais bon, il faut prendre possession des lieux, le sol est en carrelage, le ménage pas fini (c'est parout la même histoire dans ces grands halls d'expositions), et je m'atèle au travail.
Après quelques heures d'effort, c'est chose faite.

Ce salon a été l'occasion de revoir les amies : Yuko de Casamiainitalia, Maristella de Rossolampone, Elisa di Genoa, Francesca di Firenze, Raffaella di Gabicce Mare, Maryse d'Orléans (eh oui elles ont été quelques françaises à faire le voyage car ce salon n'a pas son pendant en France et les passionnées ne reculent devant rien...) et toutes celles que je n'ai pas nommées mais qui sont fidèles soit parce qu'elles me connaissent par le site ou par ma présence dans le passé sur les grands salons parisiens. Que toutes les clientes et clients venus sur le stand soient ici remerciés. Rendez-vous est pris pour 2011, s'il me reste encore des trésors à vendre!!!

Et puis, bonne surprise, mes voisines d'en face sont les deux jumelles de Rovaris, déjà rencontrées quinze jours avant au salon de Nantes et que je retrouverai aussi à Cabourg et très bientôt à Compiègne début novembre.
Le stand est fin prêt pour le lendemain matin. Pas le temps d'aller me balader dans les allées pour admirer les beaux ouvrages en dentelle et broderie blanche dont L'Italie semble avoir conservé la passion. Je suis en face de Mr Graziano soi-même et ses fils... et leur sublimes lins à broder.

Le samedi soir, à l'occasion d'un repas pris en commun dans le restaurant de l'hôtel je fais la connaissance de six jeunes femmes (
Rosita, Patrizia, Manuela, Antinisca, Federica et Marina) dynamiques créatrices d'une revue bimestrielle de dentelle aux fuseaux qui propose de revisiter cette technique de dentelle en proposant des modèles toujours plus inventifs et novateurs. Le dimanche matin, avant d'aller ouvrir mon stand, je file voir leur stand et passer très vite dans les allées (trop frustrant car étant seule sur mon stand, je n'ai fait qu'entrevoir les stands de maisons de broderie et dentelle et autres associations de sauvegarde du patrimoine).
J'ai néanmoins pu rendre visite aux artistes de http://www.fuselliamo.it (leur site sera en lien sur le blog et le site car elles gagnent à être connues).
Quelques images prises sur le vif aux détours de ce mini périple dans les allées
Ici une dentellière aux fuseaux



Là quelques exemples de broderies inspirés des ouvrages de Thérèse de Dillmont

































Voilà le salon achevé (cela ne dure que deux jours), direction l'hôtel pour une bonne nuit de repos.

Le lendemain matin, malgré la chaleur accablante, direction le centre ville à quelques encâblures de là.

Le fleuve qui apporte un peu de fraîcheur


























Puis je joue les touristes, cherchant la fraîcheur dans les églises tout en y admirant leur beauté






































La cathédrale offre un superbe spectacle, difficile de le rendre tant la lumière est sombre mais l'ensemble des murs et piliers de la nef sont couverts de fresques des 14ème et 15ème siècles. C'est une merveille




































Le Battistère situé juste à côté offre le même spectacle mais cette fois-ci sur l'intérieur du dôme qui le constitue
















N'ayant pas de culture religieuse, je ne suis pas grand connaisseur des symboles représentés, mais je peux nénamoins en admirer l'esthétique.


Mon parcours des rues se poursuit, et les contrastes de lumières et de couleurs se font plus présents.













































Mais impossible de revenir de Parme sans ses deux spécialités  : il parmegiano reggiano ed il prosciutto di Parma !!!!
































Allora buon appetito e buona notte a tutti.... ed a prestissimo per le altre storie di Claude della vostra preferita boutique di merceria antica Fleur de lin et Bouton d'or.


Repost 0
16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 21:52
Depuis le dernier article, en date du mois d'Avril, vous avez dû vous demander si je n'étais pas entrée en hibernation un peu en avance par rapport aux autres animaux!!! Rassurez-vous, ce n'était pas le cas. Simplement un emploi du temps un peu chargé courant mai avec plusieurs salons au programme. Les vacances début juin et dans la foulée le démarrage de la saison estivale avec la boutique ouverte 7 jours sur 7 entrecoupée par une seule escapade au Festival du Lin début Juillet.

J'ai fermé la porte de la boutique hier soir 15 septembre. Dorénavant la boutique sera ouverte sur demande et bien sûr en dehors des salons à venir et autres déplacements professionnels.

Alors en attendant de vous parler des rendez-vous futurs, je vais essayer de rattraper le temps perdu, en vous narrant quelques unes de mes aventures de ce côté-ci des Alpes et aussi de l'autre côté du Monte Bianco....
Repost 0
29 avril 2009 3 29 /04 /avril /2009 23:39
Le salon de Nantes était une première. Au programme, une superbe exposition d'oeuvres anciennes de patchwork, américaines, japonaises et européennes. Par respect du travail des artistes, point de photos ici (et puis je n'ai guère eu l'occasion de m'échapper de mon stand). Plusieurs grands noms de l'art Textile dont Léa Stansal, Kaffe Fassett qui s'est dit être ravi de mes associations de matières... car tel un caméléon, je me suis adaptée à l'environnement du salon.
Les couleurs annoncées sur l'affiche se répètaient à l'envi sur les murs (rose fuchsia) et la moquette (turquoise). Restait à imaginer un univers original. Moi et mes amies Cathy la patcheuse bretonne de Bordeaux et Kim la tisserande canadienne, avons même essayé de nous fondre dans le décor avec nos tabliers bleus réalisés en tissus anciens des années 1930. Jugez plutôt.


Là c'est Kim qui tient le stand. En hauteur, les bandeaux sont garnis d'organza bleu métallisé (seule concession à la modernité) desquels pendent des bobines de coton jaspé rose vif attachées par des rubans en gros-grain turquoise.

Pas question d'acrocher mes bannières brodées en rouge. C'est pourquoi j'ai réutilisé un des panneaux faits sur un lin ancien pour l'expo des 10 ans.. En hauteur ont été punaisés des anciens sacs en papier des années 1930 de la marque de vêtements de travail Mont St Michel (petit clin d'oeil à la Normandie à laquelle j'irai bientôt  rendre visite). Des pétales de fleurs en velours gauffré turquoise ainsi que des bouquets de petites fleurs roses parsemaient les murs de leurs couleurs chatoyantes tandis qu'une ficelle à linge traversait le stand en diagonale. Y étaient accrochés des mouchoirs rose vif, des sacs de boutons turquoise et quelques cartes de boutons Bleu lin et Rouge griotte dans des tons similaires.





Deux étagères à bobines de ma boutique étaient du voyage et je les avais garnies de boîtes à couture dans les tons de bleu et rose et de deux anciens bocaux dont les confiseries étaient des fusettes de soie turquoise et rose.... : c'était compter sans la touche finale : une bouteille en verre turquoise à siphon d'une ancienne brasserie de Dinan... garnie d'une jolie rose (j'aime toujours ajouter une touche de nature (fleurs ou feuillages sur mon stand)).




Voilà le décor était planté... les occupantes des lieux, outre le fait de servir les nombreuses clientes venues retrouver l'univers de ma boutique de mercerie ancienne, avaient des péoccupations diverses...

Cathy...(dont on voit le nounours qu'elle m'avait offert pour célébrer les dix ans de Fleur de lin et Bouton d'or et qu'elle avait réalisé avec des tissus anciens de ma boutique achetés au fil des visites à Dinan) en train de réfléchir à quoi pourrait bien servir ce ruban ?


Kim et moi en train de trouver un usage amusant à ces passementeries !!!!

Mais ayant trouvé une très bonne patisserie à deux pas de la Cité des Congrès, nous avions parfois des soucis plus terre-à-terre : comment savourer ces excellentes tartes aux abricots et pistaches sur un stand qui ne faisait en tout et pour tout que 6 m2 et dont 5 m2 étaient occupés par des tables, étagères et cartons. L'espace vital était donc d'1m2 pour 3 avec une sortie de secours !!! aménagée sous les tréteaux... entre les jambes des clientes qui se demandaient bien ce qui arrivait sous la toile de lin !!!! Alors autant être dans la bonne humeur et le bien vivre (manger seulement).


Nos voisines d'en face (les plus charmantes), Mon petit Coquelicot (je suis son Bouton d'or), Stéphanie de Lili Coquelicot et son équipe n'étaient pas en reste non plus....


Je garderai, malgré tout, un excellent souvenir de ce salon :
-uen exposition d'oeuvres artistiques de très haute volée
-deux bonnes adresses à retenir
*Chez Rafael, une brasserie, tout fait maison, pas cher et excellent qui vient d'ouvrir, 4 rue Emile Masson, 02 40 20 42 27 ouvert uniquement en semaine
*Boulangerie d'Honoré, 12 avenue Carnot, 02 40 89 38 62
and last but not least, une équipe sympatique (merci à toutes les deux, Cathy et Kim, pour votre coup de main), des fous rires à n'en plus finir surtout dans notre virée semi-nocturne (une fois le stand démonté) à la recherche de l'éléphant de Royal de Luxe pour finir par un pique-nique (toujours notre fournisseur favori) glacial en face d'une pile de pont en béton : comprenne qui pourra !!!

Repost 0

Maison Bleu Lin

 

Catalogue en ligne

www.fleurdelinetboutondor.com  
et sa newsletter périodique

pour dernières nouveautés 
en brocante, créations en lin

et dentelles anciennes,

décoration, épicerie fine

et mercerie ancienne

DSCN7673

Rechercher